Les dernières publications

L’édito

Contacts vitaux.

« Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Il a créé toutes choses pour qu’elles subsistent » (Sg 1, 13) s’écrie le livre de la sagesse. Devant la réalité et la persévérance du mal et de la souffrance dans l’histoire des hommes, combien il nous est difficile d’adhérer spontanément à cette parole. Pourtant elle dit vrai. Pourtant elle est nécessaire et vitale. Elle nous replace devant le mystère du Seigneur qui est Vie ; Dieu est Vie, il est la Vie. Jésus le dira d’ailleurs de lui-même ; « moi, je suis la Résurrection et la Vie » (Jn 11, 25). « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6).

Dans l’Evangile, nous voyons Jésus, la Vie, rentrer en contact avec deux femmes que le mal accable. Par la puissance de Vie qui émane de lui, par leur foi, ces deux femmes, l’hémorroïsse et la fille de Jaïre, l’une atteinte depuis 12 ans de pertes de sang, l’autre à peine âgée de 12 ans, l’une ayant épuisé toutes les ressources de la science, et l’autre étant à toute extrémité, ces deux femmes vont trouver en Jésus la guérison et le relèvement. La Vie vient à nous pour nous rendre vivants, pour nous introduire dans la lumière de sa victoire sur le mal et de sa Résurrection.

Samedi 30 juin, à Notre Dame de Paris, sept hommes seront ordonnés prêtres par Mgr Michel Aupetit, notre archevêque. C’est à dire que leur vie sera ordonnée à celle de Jésus, pour que par eux, ses actes de salut célébrés et continués notamment dans les sacrements parviennent jusqu’à nous. Quelle grâce, quel don. Prions pour que le Seigneur suscite encore, au milieu de son peuple, des prêtres au service de la Vie du Christ s’épanchant amoureusement sur ce monde.

Père Stéphane Palaz, curé

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+