Les dernières publications

Homélie patristique

HOMÉLIE DE SAINT GRÉGOIRE DE NAZIANZE


Le Verbe de Dieu qui est éternel, invisible, incompréhensible, incorporel, principe né du principe, lumière née de la lumière, source de la vie et de l’immortalité, empreinte fidèle du premier modèle, marque ineffaçable, ressemblance identique du Père, intention et pensée de celui-ci, progresse vers son image. Il prend chair pour sauver la chair, il s’unit à une âme raisonnable pour sauver mon âme ; il veut purifier le semblable par le semblable et il devient totalement homme, sauf en ce qui concerne le péché.

Il est conçu par la Vierge, préalablement purifiée par le Saint-Esprit dans son âme et dans sa chair, car, s’il fallait honorer la génération, il fallait honorer davantage la virginité. Il se présente comme Dieu incarné, formant un seul être de deux principes opposés, la chair et l’esprit. L’esprit donnait la divinité, la chair était divinisée. ~

Lui qui enrichit les autres s’appauvrit, car il adopte la pauvreté de ma chair pour que moi je m’enrichisse de sa divinité. Lui qui est plénitude s’anéantit, il se dépouille de sa propre gloire pour un peu de temps, afin que moi, je participe à sa plénitude.

Quel trésor de bonté ! Quel grand mystère en ma faveur ! J’ai reçu l’image, et je ne l’ai pas gardée. Le Verbe a participé à ma chair afin de sauver l’image et de rendre la chair immortelle ! Il s’unit à nous par une deuxième union, beaucoup plus étonnante que la première. ~

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+