Les dernières publications

L’édito

Experts en gratitude.

Alors que notre parcours sur la gratitude s’achève avec notre 5ème étape de ce dimanche, la liturgie nous permet de le conclure sur un feu d’artifice ! Toutes les lectures du jour nous font entrevoir une immense action de grâce qui s’élève vers le Seigneur. Depuis Naaman le Syrien, guéri de sa lèpre et qui cherche par tous les moyens à remercier le Seigneur et son prophète Elie pour le bienfait qu’il a reçu d’eux. En passant par le psalmiste qui convoque la terre entière pour qu’elle célèbre les actes de puissance du Seigneur : « chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire. La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez ! ».

Et que dire de saint Paul qui supporte tout au titre de la reconnaissance qui l’unit à son Seigneur ; « bien-aimé, souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts, le descendant de David ; voilà mon Evangile. C’est pour lui que j’endure la souffrance, jusqu’à être enchaîné comme un malfaiteur ». Tout ce que Paul vit, c’est toujours dans une mémoire éblouie de gratitude pour tout ce que le Seigneur a fait en notre faveur. « Souviens-toi de Jésus-Christ » dit-il à Timothée ; souviens-toi de ce que le Seigneur a fait pour toi. Et alors tu pourras tout traverser dans la gratitude ; y compris les pires épreuves.

Enfin, voyez le lépreux de l’Evangile, seul parmi les dix à revenir auprès de Jésus pour rendre grâce de sa guérison. Jésus le loue parce qu’à travers sa reconnaissance exprimée, sa prostration au pied de Jésus, il a véritablement accédé à la pleine guérison ; celle qui nous fait épouser l’intime mouvement intérieur de la vie du Christ, nouvel Adam. Le mouvement de la gratitude qui habite Jésus à chaque instant pour l’œuvre et la bonté du Père. Mouvement dans lequel il nous établi, de messe en messe, d’eucharistie en eucharistie, c’est à dire littéralement d’action de grâce en action de grâce, de gratitude en gratitude.

Et si notre parcours de la gratitude n’avait servi ne serait-ce qu’à cela ; nous guérir de la lèpre de l’ingratitude, poison vénéneux qui corrompt notre cœur et nous empêche d’accéder à la joie que le Seigneur veut pour nous et à laquelle il destine ses saints.

Alors, Seigneur, après notre parcours de cinq semaines, de tout cœur nous voulons t’exprimer notre reconnaissance ; pour ce miracle de la gratitude. Permets-nous de grandir en elle, afin d’en devenir des maîtres et des experts. Pour notre propre joie et celle du monde.

Père Stéphane Palaz, curé

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+